Récits et poèmes

Si vous aimez écrire des nouvelles et poèmes, ou plutôt les lires et les commenter, inscrivez-vous !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mystère du Coffre Doré (non-fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clo
Gribouilleur Débutant


Nombre de messages : 5
Points d\'auteur :
3 / 1003 / 100

Points de qualité :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Le mystère du Coffre Doré (non-fini)   Mer 16 Avr - 15:50

Je travaille sur ce Roman depuis longtemps.Il n'est pas terminé et je place beaucoup d'éspoirs en cet écrit.
je vais faie un sextuple-post car le roman ne rentre pas dans un seul message.je le mettrais par petits-bouts
merci d'avance d'être sincère
PS:l'histoire a du mal a décoller au début,ne vous décourager pas!!!^^

1er MORCEAU


John Paddy était assis dans son fauteuil préféré. Il avait un verre d’eau a la main et regardait les informations a la télévision. Il cherchait un mystère a percer, même farfelu. Rien de bien intéressant, selon lui. Les guerres persistaient dans les pays Arabes, de plus en plus de personnes se faisaient mordre par des chiens et l’Etat prenait des précautions inutiles a ces yeux. John soupira, posa son verre sur sa table de salon et éteignit la télévision. Il fermis les yeux. John Paddy était détective privé a Londres. Les affaires marchaient mollement, enfin, ceux qui font appel a un détective privé sont des gens en mauvaise passe. Et dans Londres, tout le monde vivait bien. Sa maison avait été transformer en bureau. sa charmante demeure était constituée de deux spacieux étages. Le premier lui sevrait de lieu de travail, et il vivait dans le deuxième. Vivant seul, John avait largement la place. Quand vous arriviez dans sa rue, une pancarte en bois indiquait : John Paddy, détective Privé suivi d’une adresse et de son numéro de téléphone. Il s’était fait gravé les mêmes mots sur sa porte d’entrée dans une plaquette en faux or.
Pour allez lui rendre visite pour affaires strictement professionnelles, ils fallait s’engager dans l’allée recouverte de cailloux bordée de fleurs très accueillante. D’ailleurs ; il devait payer une petite fortune la jardinière pour faire venir ces clients. Ensuite, ce chemin vous donnait directement sur une charmante petite maison fleurie mais imposante. Il vous fallait toquer a la porte d’entrée après avoir sonner et vous y étiez. le premier étage était aussi grand que le deuxième, il disposait donc de beaucoup d’espace pour son travail : il y avait un vestibule chargé de portes manteaux et d’une table basse couverte de gobelets de café. ensuite il y avait un grands couloirs dont les murs étaient habillés de tableaux. La première porte donnait sur une salle d’attente plus que confortable, avec des fauteuils moelleux, des tables couvertes de magasines récents et modernes. Il y avait des fleurs et un distributeur. Pourquoi tout ce confort dans une simple salle d’attente ? John avait une sainte horreur d’attendre chez les médecins dans des salles avec des chaises en bois très inconfortables avec de vieux magasine déchirés et dépassés sans rien d’autre pour combler l’ennui que des posters médicaux. Si vous prenez l’autre porte, vous arriviez dans le bureau de John, la ou il recevait ces clients et traitait ces affaires de «paperasses » comme il disait. Ensuite il y avait un autre bureau, dont je vous parlerez plus tard, suivi de la salle « Scientifique » la ou il faisait ces expériences, analysait des poisons et d’autres choses encore. Ensuite il y avait un cagibi ou le détective conservait des archives et du matériel et ensuite une salle de réunion, quand parfois il réunissait des membres juridiques. Son univers professionnel lui demandait la majeur partie de son temps, mais il était passionné. Petit il avait vécu dans un quartier chic de Piccadilly, la ou ces parents favorisaient largement l’enseignement et ou son cerveau de génie avait comblé l’éspèrence de ces parents. Mais il ne manifestait pas grand intérêt a la conjugaison du verbe avoir ou a la fondation de l’empire Byzantin. Il aimait les maths, la Science et… les mystères… il essayait de résoudre des petites affaires au collège, comme, qui a tagué sur le mur des injures. Il réussissait a chaque fois avec brio sous le regard effaré des ces amis. Il en avait assez d’étudiez des choses qu’il savait déjà (car John était surdoué comme vous avez peux être pu comprendre) et attendit patiemment la fin du lycée pour s’attaquer a des choses sérieuses. John ne sous etismait jamais ni ces amis, ni les brigands. Il était peux être très intelligent mais ces compagnons de classe avait beaucoup a lui apprendre sur des sujets inconnus pour lui ( c’était se qu’il pensait) . Car John était modeste, son seul défaut, sa soif de savoir. Il questionnait les professeurs, les reprenait, essayait d’avancer dans le programme. Il monta ensuite sa propre entreprise de détective. Il s’aperçu tout de suite que seul c’était dur, même pour des petits dossiers. C’est alors qu’il rencontra Sarah. Cette jolie jeune femme aux yeux bruns avait vécu dans un quartier malfamé de Fulham. ces parents disait : « ma fille tu ne dois pas avoir de cerveau, mais être belle pour plaire et avoir une bonne vie, pas comme nous » se qui agaçait profondément la jeune solitaire qu’elle était. Elle s’acharna au travail et devint l’assistante de John. Ensemble les affaires marchèrent beaucoup mieux, et c’est a elle qu’appartenait le deuxième bureau. Sarah était la meilleure amie de John et inversement.

Chapitre 1 : une lettre étrange
Ce jour là démarra comme les autres jours. Les affaires marchaient mollement et John se sentait plus secrétaire que détective privé avec toute la paperasse qu’il devait traiter ce matin. Il se prépara et descendit à son bureau. Après s’être assis confortablement dans son vieux fauteuil préféré, il sortit d’un tiroir une pochette en plastique et déversa son contenu sur la surface de son bureau. Il prit la première fiche. Une lettre de la banque ; une taxe de logement a été ajoutée à votre loyer était écrit avec une conclusion antipathique. Déjà que le détective était endetté pire qu’une banque ! après deux ou trois autres lettres, il entendit la vieille Clio de Sarah se garer dans son parking trois places. Elle crachota et les pneus crissèrent. Il sourit et prit une autre feuille. Quelques minutes plus tard, la jeune femme entrait dans la salle. Il leva les yeux de ces papiers et regarda la sublime silhouette de Sarah. Ces fines hanches arboraient un vieux jean recousu et elle portait un pull noir au tissu souple. Ces baskets étaient avachies. A son fin poignet brillait un unique bracelet en argent offert par John. Ces longs cheveux bruns mangeait son dos en le dévalant comme une cascade d’eau noire de jais. Sa peau mate tannée par le soleil brillait en mettant en valeur ces pommettes saillantes. Elle avait de magnifiques yeux bruns doré, un nez aquilin et des lèvres foncées pulpeuses. Elle émanait une puissance incontestable. Elle tenait dans ces longues mains fines un petit paquet de lettres. Elle dit :
-tiens, le courrier….
Il était dans ces habitudes d’aller a la boite aux lettres avant d’aller travailler.
-merci Sarah dit John avec un sourire. Il tria son paquet et jeta trois courriers a la poubelle sans prendre la peine de les ouvrir, les habituelles publicités….il partagea le paquet en deux parties égales, en donna une a Sarah qui disparue dans son bureau. Après avoir lue chacune des lettres, il prit la dernière enveloppe, aucune indication sur l’expéditeur ne figurait, et une étiquette avait été collée pour l’adresse. Rien n’était écrit a la main. John ouvrit alors l’objet et s’empara de la feuille écrite a l’ordinateur. Il commença sa lecture. Arriver a la fin, sa gorge était sèche. Il appela Sarah qui accourue en vitesse. Elle lue a son tour la lettre :

Mr. Paddy et Mlle Buck,
Je suis un tueur. Ou une tueuse.
Je vais commettre un meurtre.
Devant Buckingham palace le 31 Octobre a minuit pile selon Big Ben.
Ne ratez pas ce spectacle.
Signé le coffre doré.

Ils échangèrent un regard...

LA SUITE...TRES BIENTOT!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaïs
.: Queen Of Words :.


Nombre de messages : 470
Age : 21
Localisation : Pluton
Points d\'auteur :
100 / 100100 / 100

Points de qualité :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/03/2008

MessageSujet: Re: Le mystère du Coffre Doré (non-fini)   Mer 11 Juin - 13:41

vite vite... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://recitsetpoemes.meilleurforum.com
Phoenix
.: Prince of R&P :.


Nombre de messages : 80
Points d\'auteur :
10 / 10010 / 100

Points de qualité :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Attente   Mar 23 Déc - 0:36

J'attend la suite pour corriger

_________________
© Phoenix Corporation™. Droits d'auteurs conservés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mystère du Coffre Doré (non-fini)   Aujourd'hui à 11:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mystère du Coffre Doré (non-fini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» enfin fini...ou presque...
» Pékin Express, le coffre maudit (2013) - M6
» Le mystère Yachiru!
» OS: Jour - J [FINI.] ^
» Fini le catch sur NT1 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Récits et poèmes :: Ecrits :: Vos romans-
Sauter vers: